dimanche 19 décembre 2010

DE NOMINIBUS.

   


       De grandes perruches vertes, qui n'avaient rien à y faire, s'étaient installées sous nos climats. De quel élevage s'étaient-elles échappées ? Si leur couleur et leur cri attiraient l'œil et l'oreille, nous ne prêtions guère attention à la rareté de nos voisins originels, tels que moineaux ou verdiers. Tout passereau n'était-il pas un "piaf" comme un autre ?  Et ce disant j'étais au-dessous de la vérité. Tout oiseau n'était qu'oiseau, tout arbre arbre. Pour lever le nez et remarquer une de ces vies qui escortaient encore notre passage sur Terre, il fallait donc qu'une perruche incongrue délogeât notre pivert. L'usage grandissait de termes génériques, d'hyperonymes comme disaient nos lexicologues, à propos du monde naturel, à mesure même qu'enflait, se détaillait et se vulgarisait le vocabulaire de nos technologies. Bien sûr on songeait à les protéger, ces "arbres", ces "oiseaux". On ne cessait plus de le répéter. Mais pour la majorité des humains, plus la Terre s'abîmait, plus sa réalité reculait, et c'était sans l'avoir cherchée que j'aboutissais à cette triste concordance : le monde naturel s'abîmait dans les deux sens du mot. De jour en jour nous nous entourions un peu mieux de notre cerveau réalisé, avec, autour de nous, la Terre en trompe-l'œil.



                    


                    Rien à dire du loup mort

                    L'exercice de la grive est le numéro deux de la


            page du temps
 

                    Et deux bisons sont au zoo


                    Une page avant le saule une fille m'a dit oui


                    Mais le vent a soufflé pour l'anniversaire du vent



                    Et deux bisons sont au zoo
 

                    Sur ma mère enterrée au fond du jardin, peu de
             choses


                    Sur l'ancêtre de mon épaule l'ancêtre de mon chat


                    Rien à dire de l'hiver
                   
                  Qu'on traîne par ses pattes froides vers le prochain                  hiver
                   







                 
 

         

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire