mardi 4 janvier 2011

DE PIERRE PEUCHMAURD

    Je m'associais ici à ceux qui accompagnaient, au même moment, la dépouille de B.L. qui venait de passer le Seuil. Je citais des textes de Pierre Peuchmaurd. Récemment d'ailleurs, il avait neigé.


    



    " Il neige, le canal brûle. Regarder le ciel, c'est un
     caillou. L'herbe blanche nous conduit où nous devons
     tomber. "




                                             *




      " Le sang boit le temps. Jadis, c'était l'inverse, on
      s'était préparés. On vieillirait, rides sur la mousse
      et sur les pierres. On se trompait : la mort nous 
      prend à la lisière. "



                                             *



        " J'entends qu'il neige. J'entends le hurlement du
        rouge-gorge, la soie du fer sur la peau rousse, les
        chiens en feu, la mer légère. J'entends tes talons
        aux nuages. "


  
      
(Extraits de Le tigre et la chose signifiée, de Pierre Peuchmaurd, aux éditions  L'Escampette, 2OO6)









   
  





 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire