dimanche 11 septembre 2011

DICTA II

   " Non seulement on est rattrapé par son passé, mais on est dépassé par son présent. "

                                  PIERRE PEUCHMAURD,
                                  Le Moineau par les cornes.


       



       Commentaire d'Alen : une solution, l'imparfait.

      J'avais beaucoup à dire - ou à en être incapable - sur cet auteur décédé en 2009. Il me fallait jurer que la phrase citée n'était pas du tout à l'origine de l'usage, trouvé souvent ici, de l'imparfait dans ce qu'on pouvait appeler des proses - entre autres pour placer en perspective les pièces que je donnais, à mon idée, comme des poèmes  (Dieu que c'était lourd tout cela que je racontais ! Imparfait, imparfait, imparfait pauvre Alen !) Mais avouiez que la rencontre était trop belle et que la citation fût à bon droit devenue l'exergue du blog dans son entier. Cependant je la devais à la lecture d'ANTOINE Peuchmaurd que j'avais dû croiser vers l'âge de ses trois ans dans une magnifique campagne et qui, pour l'heure, nous livrait un blog vraiment beau de sensibilité, de métier, de finition et pour tout dire, d'extrêmes humanité et cousinage d'outre-atlantique.
    

2 commentaires:

  1. Bonjour, et merci pour tous ces compliments. Ces civilités viennent flatter mon orgueil. Mais dites moi, vous dites que nous nous sommes croisé vers l'âge de mes trois ans. Voilà qui est intriguant, mais pour une fois ma mémoire défaillante n'est pas tant à blâmer si je vous avoue que je ne vois pas. Pouvez vous m'éclairer?

    ap

    RépondreSupprimer
  2. Oh c'est smple. S'il faut vous rendre à votre jeune mémoire le village était Meyssac si je ne m'abuse, et près des "Quatre Routes". Un certain Dominique Autié me guida là sans le savoir car nous étions alors fâchés. Je pense que la suite ne peut se dire ici. Il va falloir que je vous adresse mon mail. Ce que je vais tâcher. Et puis après nous tirerons le fil ou non, à votre guise. Dans tous les cas, merci d'avoir cette réponse de vous, heureux que vous soyez, et que vous écriviez.   

    RépondreSupprimer