jeudi 29 septembre 2011

SUITE DE LA SUITE FRANÇAISE DITE : " LA JAMAIS ".

        IV. BAUDELAIRIENNE.  

        à Céline et Fred, en guise de remerciements divers


              Vous n'avez jamais connu " La Jamais ",
      Cette enfant inverse à un début,
      Qui s'est coupée là, mais LÀ aussi ?
      Son visage est son seul miroir,
      Qu'elle tient d'une main terrestre
      Et d'un bras nu appelé oubli.
      
      Son corps, qu'on appelle trop ainsi, 
      Dont la beauté est inverse au monde, 
      Peu de lui va et peu est mon poème. 
      Un jour viendra où pour compter
      Avec un peu de doigts célestes,
      On dira " blessée là - mais LÀ aussi."





3 commentaires:

  1. Effectivement, c'est très "baudelairien " !
    Il ne manque que l'illustration de Félicien Rops !

    RépondreSupprimer
  2. Chut, Aurore !

    Vénus comme

    Exception.

    RépondreSupprimer
  3. Merci à vous deux. Au moins dans ce monde très politiquement correct, à nous trois, on ne pourra pas dire que nous ne respectons pas la parité.

    RépondreSupprimer