mardi 31 janvier 2012

TROIS POÈMES DÉTENDUS ASSEZ DÉTENDUS

                                                              Pour Marie-Élise, Fred, Valentine et plein d'absents s'ils y tiennent, en souvenir  de riz et de rires, parfaitement accommodés. 


I

Plus détendu.



Eh j'l'ai connue la vieille saumone
Avec son centre dans son ventre.

J'étais passeur de cerfs…
Ça fait des millénaires !

S'en allait pondre en plein Yukon.
Et même vu des automnes.

Tu connais l'automne d'août 14 ?
Ouais, des souvenirs. Pour des souvenirs.



II


Toujours détendu.



S'en allait pondre aux Kerguelen
La garce ! Eh t'as connu ?

L'avait un centre on sait pas où en tête.
C'est qu'ça pond les saumons. Les orphelines.

Orphelines mortes. Les garces !
J'ai saisi Dieu soudain,

C'était une guerre mondiale.
Ben on a t'nu. Nous autres mots.



III


Al tempo.



Des tombereaux d'orphelines !
Y avait rien rien.

Moi je les réenjambais les arbres
Et à pied ! Et millénaire

Par millénaire. Eh t'as connu ?
J'parlais d'la vieille saumone,

Ouais, elle. À PAF aux Kerguelen !
La ferme Armor avait fermé…

PAF tu connais pas ? Port au français ?

*

O cerf ! Ça fait des millénaires.

 





 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire