mercredi 9 janvier 2013

SANS TITRE IV


tu penses à ta fille



Peu à peu tu mues ta mémoire
En étrange pluie ignorante
Chemin devenu dévoré
Petit pur moment de pluie

Du rire le rire devient
Es-tu encore en toi en elle
Vous voici tous deux aller
Sous vos deux pluies on sait où 




2 commentaires:

  1. c'est un très beau texte.... Sinon je confirme que je n'ai trouvé aucun message de vous dans ma boîte mail....

    RépondreSupprimer
  2. Ce bruit tombant sur les cordes d'une harpe, mais que, ou quelque chose comme ça, seules sauraient faire des gouttes de pluie.

    RépondreSupprimer