mercredi 20 février 2013

SANS TITRE VI

J'aimais certes que ma vérité fût enfin entendue par une personne obtuse que j'avais beaucoup estimée. Mais à présent la page qui avait occupé cette place avait été lue ; et elle détonait avec l'esprit de ce blog. Qu'elle expirât donc, comme une amitié avait expiré. 

1 commentaire:

  1. Calmiez-vous, arrêtiez de lire ça, ça m'énervait et j'ai fait mieux ailleurs.

    RépondreSupprimer