lundi 22 avril 2013

POUR CELLE. (Au parc ; décisif et imaginaire).

Un peuplier est devant toi, il chante.

Tu dors avec tant de violence...

De minces nuages nous oublient, 

Je te regarde, je te regarde depuis toujours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire