dimanche 6 octobre 2013

DEUX ET TROIS

                                                      pour Philippe Martel


Mesdames, Messieurs, Mes Trans,

L'officielle disparition de Mademoiselle me causant la perte simultanée d'une tante qui pique, d'un délicieux péché et d'une espèce de libellule ; item, le rythme ternaire apparaissant essentiel à mon organisation ainsi qu'aux gnostiques et aux catholiques romains; item, appartenant politiquement au centre dur et entêté plutôt qu'aux gauches et droites molles et gouvernantes; item, le Nombre d'Or réglant la nature entière étant quelque part entre les deux-tiers et la moitié (donc plus près des deux-tiers automatiquement ; mais enfin réfléchissiez) ; item, les petits cochons étant trois; item, étant assez peu carré; item, la Grande Mademoiselle ayant canonné le roi depuis la future Bastille détruite; item, croissance et décroissance étant pour moi des mots d'une égale et insupportable violence commise à l'encontre de la nature humaine car il ne convenait que de prendre le temps d'être sage, de conserver (beau mot) et de changer (beau mot) - contre-exemples d'une navrante et mortifère paresse d'esprit (les dé-, les re-) 

- je décidais donc, car il en était ainsi, Mesdames, Messieurs, Mes Trans, que j'arrêtais ici ce prologue primesautier à une suite toute prête mais qui viendrait à son heure; et me marrais, souhaitant à Madame, Monsieur, M(e) Trans la férocité à condition d'être civilisé, l'humour à condition d'être bon, disponibilité et indisponibilité honnêtement réglées et à des fins utiles, le travail et la détente à égalité et en conjugaison, à condition que l'un comme l'autre nous rendissent plus humains encore, c'est-à-dire dieux, certes un peu handicapés. 

Vive le Blog ! Vive la Connection ! Vive la première partie !










  

2 commentaires:

  1. Le peuple : " Longue vie à la première partie ! Longue vie à la première partie ! Rien du tout ! Nous ce qu'on veut c'est encore la première partie ! "

    RépondreSupprimer
  2. Alen : évidemment j'aurais dû me relire et me méfier des copiés-collés avant de rageusement mettre en ligne. Heureux qui attend avant de me lire et ce n'est pas bien du tout. Liberté, égalité, trans, et pardon.

    RépondreSupprimer