dimanche 4 mai 2014

ROMAN POST-BUTOR / REDAC DE QUATRIEME

Sujet sans importance. Mais respecte le schéma narratif, varie le vocabulaire, utilise correctement les temps du passé, cherche les nuances (un mot qu'on ne dit plus guère dans l'éduc.nat.), dis-moi si je dois corriger correctement ou pour demain, et surtout tiens le lecteur en haleine. Courage.


1. Situation initiale.

Emilie se trouva sous un faux-acacia quand éclatait la quatrième guerre mondiale. Sous ce conifère ce con, c'est une phrase nominale. Sous ce conifère son cousin Igor Lampin, (Monsieur ce nom est vrai, c'est justement mon cousin et je vous aime sans le dire) n'avait rien à faire mais bon il était là dans le con d'Emilie quand, sans raison aucune, le voisin s'appela Patrick. Alors un drone censé livrer une pizza avec un peu plus de noix de pécan jetait, parce que je ne répète pas livrer que j'ai déjà mis, par erreur une bombe chez le voisin soudain appelé Patrick. Et il plut. Pas le drone. Donc si ce n'est pas le drone, est-ce le Igor, ou la pluie, ou le voisin soudain ?

Bien les consignes sont respectées sauf pour l'utilisation des temps du passé tu tiens bien mon haleine tu ménages le suspense continue ainsi mais respecte la ponctuation et je passe après un verre et une clope à la copie de


3 commentaires:

  1. La règle : je vous fais grâce de l'ortho, pour le reste je me lâche, tantôt c'est vraiment de mes élèves que je ne méprise pas du tout et merci à eux qui me le rendent, tantôt j'en rajoute un peu, des fois que ça devienne finalement un roman. Mais je ne te promets rien. Marge de sécurité oblige.

    RépondreSupprimer
  2. En tant que prof de SVT, science et vie de la terre, non sciences de la Vie et de la Terre, ah l'emprise du journalisme et de l'acronyme ! Oui le faux-acacia est faux, mais c'est un feuillu et non un conifère. Je me tais juste parce que le prof de français est plus important.

    RépondreSupprimer
  3. Même pas cap de dire ton nom, gros c. Et après tu vas dire à nos élèves qu'un ver n'est pas un serpent ? Allez, rampe. Je te pardonnerais volontiers juste pour le mot "acronyme". C'était une faiblesse. Rampe, c'est addictif. Encore. Allez, encore. Voilà, c'est bien, City of London.

    RépondreSupprimer