lundi 12 mai 2014

SENTENTIA XX ET DICTA

Les chats n'aiment pas les portes, ça les rend hésitants, et les rois n'y touchent jamais. La conclusion s'impose. 

En ce qui concerne les rois je plagie Francis Ponge. Cette phrase me trotte souvent par la tête, elle va loin par définition : "Les rois ne touchent pas aux portes".  

6 commentaires:

  1. Henri Michaux : "dans le secret de ma petite chambre, je pète à la figure de mon Roi, et ensuite j'éclate de rire" ...

    RépondreSupprimer
  2. Vous savez - non, vous ne pouvez pas savoir, si j'aime Michaux. Je ne pensais pas "Roi" à la mode française. La minuscule (r) était une invitation métaphysique et là vous comprendrez ce que je tâtonnais de dire, même si nous ne restons pas d'accord, d'ailleurs. Ce qu'à bon nous semblera.

    RépondreSupprimer
  3. S'il n'y avait pas de porte, on ne pourrait pas péter à la figure de son Roi dans le secret de sa petite chambre. Rien à voir avec ce que vous vouliez dire, mais quand même ... j'ai cru bon de le dire.

    RépondreSupprimer
  4. Vous êtes vraiment le roi. Moi, peu valet, j'ouvre peu la porte.

    RépondreSupprimer
  5. Allez, Fernand, c'est à qui le dernier mot ? Si tu le mets je te le laisse, promis.

    RépondreSupprimer
  6. C'est bizarre comme les rois vous intéressent et les chats moins. C'est des chats que je parle.

    RépondreSupprimer