jeudi 1 mai 2014

TWITTER

C'était vraiment trop court. 
D'une part on ne pouvait pas y développer que le destin des abeilles domestiques (apis mellifica) d'où dépendait le nôtre à moins qu'un clone d'abeille résistant aux pesticides dont on venait en France d'avoir à nouveau légalisé l'hélicoptère, ainsi qu'au bourdon asiatique, espèce invasive parmi d'autres, était soudé au nôtre, et au sujet desquelles au passage je ne faisais nulle allusion à l'Europe au sujet de laquelle M. (appréciez au passage mon abréviation) Wauquiez réclamait qu'elle revînt aux six premiers états membres sans même considérer que si l'Espagne et le Portugal, à l'époque, n'avaient été aux mains de dictateurs, nommés l'un Franco et l'autre Salazar, neutres objectivement alliés à Hitler, mais oui monsieur - et ici je reconnaissais que l'utilisation du tiret haut, bien oubliée, n'était pas une tricherie mais un bas de 
casse reconnu par tout ancien typographe, qu'il datât d'avant l'offset ou même du linotype ou de la litho (ah, -graphie, ils avaient déjà la manie de raccourcir, vive les druides, non, les magdaléniens) car dès qu'on disait M. Hitler c'était tellement mal qu'on n'avait pas le droit de lire l'unique livre d'Hitler, somme accablante qui eût pourtant calmé le chaland au lieu de l'attirer de façon malsaine (je vous faisais grâce de la reprise pronominale mais non du nom propre qui, globalement saisi, constituait désormais un idéogramme, alors que google pas encore et ici je n'esquissais aucun procès mais faisions gaffe, et, je l'ajoutais, j'avais eu l'occasion de lire ce torchon dans des circonstances fortuites), ni, jusqu'à une date récente, de jouer du Wagner en Israël, mais seulement celui de se troubler devant les étranges toiles du sus-nommé Hitler, singulièrement dénuées de vie végétale ou animale à l'instar des plus belles vanités, et à la différence, je venais de l'apprendre, de M. Bush junior, l'Indiana Jones de l'Irak, qui abîmait nos chiens-chiens au point que j'étais fier de MM. Chirac et Villepin, qui avaient refusé cette intervention militaire car il suffisait d'attendre les printemps arabes de 2011, qui restaient plus qu'ambigus à l'heure qu'il était  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire