dimanche 22 juin 2014

AIMES-TU LE VENT OU LE CONTRAIRE XX




C'est très petit matin
Amour le jasmin est ailleurs
Et à entretenir les mots
On disait hier soir c'était quoi
Mes chats heureux n'imitent rien 
Là-bas le train là-bas la mer
Le convoi tourne où tourne le convoi
Dans le passé l'horreur de la poupée


2 commentaires:

  1. Je préfère pour la fin :
    " Et voici la poupée et l'horreur "
    Mais ce n'est que moi.
    Il est est question d'être toujours fort, mais : jamais moi.

    RépondreSupprimer
  2. Non, je garde. C'est plusieurs jours après. C'est que je m'entraîne. Peut-être contre l'immédiateté. Pour la pensée, aussi.

    RépondreSupprimer