jeudi 9 octobre 2014

AIMES-TU LE VENT OU LE CONTRAIRE XXVII

Pour Catherine Bourgeois, pour Jean-Marie Payen, en souvenir du temps à tuer. A ma mère.

Comme la cloche n'est qu'une chose,
Comme le convoi tourne où il tourne !
Systole extra-systole,
Accordéon ô cœur ô impossible,
O colombe trop colombe 
Pour mes dix doigts de faire cela,
Accorde-moi ce mot-silence 
Puisque passé le seuil j'y reste


2 commentaires:

  1. Non, quelque part ç'aurait dû être en un verset : "O colombe trop colombe pour mes dix doigts de faire cela". Où couper ? Mais voilà, écrire est-il garder secret, taire simplement, conserver, échouer, donner, publier, aventurer, réécrire ? Certains pour l'instant réussissent sans doute mieux que moi la synthèse. Mais ça viendra !

    RépondreSupprimer
  2. Non, à me relire je préfère l'hexasyllabe : " O colombe trop colombe ", c'est beau, non ? Que mettre avant, que mettre après ? Eh bien c'est quand le temps s'en mêle qu'il y a avant ce qu'il y a avant, après ce qu'il y a après, mais que quatre mots se mêlent aussi du temps.

    RépondreSupprimer