mardi 9 décembre 2014

INTÉRESSANTE CETTE PETITE-LA II

Pour ceux et celles qui ont été violés. Pour ceux et celles dont on n'aurait pas voulu la vie, qui ont voulu vivre, vivent et tâchent de parler. Je sais que ces mots seront très compris ici et là.   


C'était comme plus pur
La fable
Qui a changé ma voix en le lointain

Hélas ailleurs sont mes épaules
Puisqu'elles frissonnent nues
Dans le son de mon nom

4 commentaires:

  1. Rupture, comme disait Copi, " du côté des violés".

    RépondreSupprimer
  2. Ici vos façons de dire sont bienvenues. Moi j'ai dit. "Commentaire" n'est pas le mot adapté.

    RépondreSupprimer
  3. Bloavezh mat dit, Alen !
    Yec'hed ha karantez !
    Marc

    RépondreSupprimer
  4. Trugarez braz ha bloavezh mad, ma mignon !

    RépondreSupprimer