mercredi 20 mai 2015

EHRLICHES GEDICHT / PAUL CELAN

ZUVERSICHT



Es wird noch ein Aug sein,
ein fremdes, neben
dem unsern : stumm
steinernem Lid.

Kommt, bohrt euren Stollen !

Es wird eine Wimper sein,
einwärts gekehrt im Gestein,
von ungeweintem verstählt,
die feinste der Spindeln.

Vor euch tut sie das Werk,
als gäb es, weil Stein ist, noch Brüder.




CONFIANCE

(Je n'offrirai la traduction, qui n'est pas la mienne sauf pour le passage à la ligne, que des deux derniers vers.)



Il fait devant vous son ouvrage, comme si, parce que la pierre existe, il y avait encore des frères.



  


3 commentaires:

  1. C'est daté par Paul Celan de 1955. Il y aurait des notes à reproduire. Je ne le fais pas, soyez donc curieux. Celan, c'est compliqué. Juif germanophone né loin de l'Allemagne, slavo-hongro-roumain, parisien.

    RépondreSupprimer
  2. Pour mémoire. Dominique m'avait dit, peu avant sa mort - lui qui avait chassé toute poésie et y revenait à tâtons - que la seule qui suscitait sa curiosité était Paul Celan.

    RépondreSupprimer
  3. Allons, il est, peu avant ce dont j'ai donné la traduction (de J.P. Lefebvre chez Gallimard), question "d'un cil", "tourné vers le dedans de la roche"", du "non pleuré". Et au début, "d'un œil inconnu, à côté du nôtre".
    Aber sehen Sie mich so schwach, à tout vous traduire peu à peu. J'arrête. Apprenez donc l'allemand.! La langue si peu voisine d'un voisin si voisin.

    RépondreSupprimer