dimanche 20 septembre 2015

JE MONTE, JE VALIDE

Qu'ai-je à faire, franchement, qu'ai-je à faire que ce jour-ci soit le même ou un autre ? Ça ne marche pas comme ça et je vous reparlerai des oiseaux, j'ai je crois  avoir commencé par là à propos de perruches inadaptées, au jour où j'ai initié ce blog. Franchement, vérifiez, ça se compte maintenant en années.

Voilà, comme dirait kwarkito le magnifique. Alors, pour ne pas le plagier, voici.

C'est peut-être, si je parle, que je ne supporte pas que TU me dises JE.

Je suis d'une époque où j'ai appris.

Chance !

NON, ON NE DIRA PAS JE A LA PLACE DE JE.

Je suis Parisien. J'ai très envie de monter et de ne surtout pas valider, parce que je n'aime pas ces DEUX JE.

"Attention, tu peux te faire pincer très fort". C'était avec un petit lapin, c'était juste hier, c'était pour les enfants et on disait TU avec un petit dessin.

Aujourd'hui ON me dit JE.

Veut-on me rendre fou ou le suis-je ?

Je n'ai tellement pas envie de valider que je n'ai même plus envie de monter.

D'UN HOMME HONNETE, SCRUPULEUX,  CITOYEN FIER D'APPARTENIR A LA REPUBLIQUE FRANÇAISE, QUI NE POUVAIT PLUS PARLER D'AUTRE CHOSE QUE DE LA GUERRE QU'ON LUI A FAIT FAIRE, VOICI LE PETIT-FILS.

Lui-même devenu vieux, vous aurez réussi à ceci, cellezetceux du politicly correct :

à ce qu'il monte tant qu'il peut,

à ce qu'il valide... vaguement.

PARCE QUE TOI, A MOI, TU NE DIS PAS JE A MA PLACE.








3 commentaires:

  1. Aucun commentaire, non. Sauf un. JE ne valide jamais vaguement. JE ne valide pas et je décide d'être un voyou. Ou JE valide toujours et je décide d'être un homme honnête. C'est tout un. Je peux, comme à peu près mes contemporains, rouler trop vite et comme à peu près tous mes contemporains, me mettre plein de barrières de dos d'âne, de gendarmes couchés, de chicanes et je passe tout le génie de la langue française, quand mon enfant est écrasé, c'est mon enfant qui est écrasé, quand c'est ton enfant ou ton tonton que j'écrase, je ne m'en sors pas tellement mieux psychologiquement. Ainsi qu'on chicane les rues, ainsi reconstruit-on les détruits murs de Berlin, à Bratislava ou Jérusalem-Est. Alors, on continue à chicaner ? A vous, moi je me fais vieux et JE valide tant que je le suis. Valide.

    RépondreSupprimer
  2. Si tu valides, c'est bien, moi aussi je valide :)

    RépondreSupprimer
  3. Tu veux aussi un tampon, comme autrefois ? Allez, et n'y revenez plus !

    RépondreSupprimer