jeudi 25 février 2016

POEME POUR TON RETOUR

Seule l'aube est l'heure
Après c'est confondre

C'est courir immobile sur la piste 
Sans jamais rejoindre l'ennui (profond)

Des proies et des tigres 

2 commentaires:

  1. Ah et ne dites pas que je me répète. Ceci n'est pas un quotidien, ne venez pas aux nouvelles, vous ferez bien. Lisez, soit. Mais relisez. Mâchez comme des vaches, comme disait Nietsche.

    RépondreSupprimer
  2. ou mais moi j"e suis de la race ferroviaire qui regarde passer les vaches"

    RépondreSupprimer