vendredi 19 février 2016

UN POEME PAR JOUR OU TU ES ABSENTE VI

O paysan de peu et de si peu
Si tu voyais passer le ciel

A peu près impassible un siècle

Et c'était juste un flirt d'absence ?

De l'autre côté de l'esprit

Je compte le nombre mais si mal

Ce corps celui qui dans mon corps

Se couvre se recouvre de la nuit

3 commentaires:

  1. (il faut à la fois être libre et pas du tout. C'est ça, oui, c'est ça)

    RépondreSupprimer
  2. Sinon, comment vous dire, rien, rien ne passe. Il faut accepter le mauvais, pour le meilleur. Etre très, très exact, moralement. Et techniquement au sens étymologique.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai le droit, à mon âge, de me trouver sérieux mais que vous me trouviez ridicule.
    Bonne nuit, enfin bonne nuit ici.

    RépondreSupprimer