vendredi 25 mars 2016

SENTENTIA

A notre âge, au nom de quoi refuser ce beau mot : "Destin" ?

4 commentaires:

  1. Trop vaste programme, monsieur Leoz, cad moi, pour cette phrase à la sauvette. Mais elle est là, on la laisse. Qu'au moins elle reste pure, publiée, paisible, détachée de l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Vous êtes bien gentil, mais notre âge c'est lequel ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez raison. La formulation est ce qu'elle est mais n'est pas au point. De mon âge à moi la moindre précaution est ce qu'elle est à adresser. De nos âges à nos âges, donc ?

      Supprimer
    2. D'ailleurs l'âge, en ce qui concerne l'âge, ne fait rien à l'affaire. "Un octogénaire plantait." La Fontaine n'est pas d'accord dans la fable. Moi, j'ai tendance à penser que tant qu'on est octogénaire, que les enfants humains c'est fini, que notre compagne est morte, que les animaux ne font que nous tenir compagnie, planter si on en est capable
      un jeune (h)être promis à vieillir plus que nous, ce n'est pas si bête.

      Supprimer