lundi 21 mars 2016

SUBSTANCE DU LABYRINTHE XIII

Bien sûr tu es de la fratrie
Malheureuse sœur toi l'inconnue
Et à la garde des Mystères
Abdeslam est à massacrer - toi,
Dont les yeux absents prouvent le sang

Tu dis, allez, ce qu'on t'a fait ?
Silence ô silence du silence
Tout a décidé de faire tout
Papyrus est brûlure brûlure totale
Ma meute décide de gronder en le nom 

Pardonnez à la meute la meute 
Cernée de mots sans sens 
Voici : il va mourir sans une vierge
Qu'il a tuée tuée encore
Mais par l'épée d'un autre labyrinthe







3 commentaires:

  1. Vous me direz peut-être que je ne me tiens pas à mon "'inactuel." Non je n''y tiens plus. A l'imparfait parfois ? mais de moins, pour des raisons personnelles. Au latin avec moult précaution. C'est celui qui se fige dans un rôle qui méfait le plus peur, à l'heure actuelle : alors j'évite. Acte de guerre ? M. Abdeslam, je ne veux pas entendre un mot, et le tuer. Toujours contre la peine de mort, mais pas contre tirer sur l'ennemi. La cour martiale ? Encore une autre histoire.

    RépondreSupprimer
  2. Mais bien sûr. Labyrinthe avec un seul b. Sinon où irions-nous nous perdre ? C'est corrigé, mais avec un peu de temps car mon ordi ne m'a dit que "lab..." Donc je ne me suis aperçu de rien. Bien à tous mes lecteurs, issus de partout, que je remercie de me lire.

    RépondreSupprimer
  3. Eh bien, oui, à la deuxième ligne du premier commentaire, je voulais dire : "de moins en moins". En revanche, qu'Abdeslam prétende à un ou 2 "s" en langue française, permettez-moi que mes amis du Bataclan et moi nous laissions e choix à sa conscience.

    RépondreSupprimer