jeudi 23 février 2017

FILLE, MERE, PERDUE





Nue et tremblante parmi peu d'arbres
Morte avec mon prénom joli

Très satisfaite de mes entrailles
Moi est ce mot abandonné

Nue d'être sale de faire limpide
Effrayée du dit des oublis

Moi colombe tressée de tigresses
Je vais ton labyrinthe perdu 








1 commentaire:

  1. Merci à Univers poésie France de m'avoir accepté parmi ses membres. Aux quelques-uns que je lis et qui me lisent déjà, à tous les autres.
    Je le dis ici parce que nous sommes près de 700.
    Et pour commenter chez soi, faut d'abord écrire.
    (Ceci, au-dessus, est peut-être qu'un début, le titre est peut-être provisoire etc.)

    RépondreSupprimer