mardi 7 mars 2017

LA NUIT SEMEE D'ENDROITS









Nue avec la pluie sa sœur, l'été dernier enfantine,

ruisselante ligotée dans du soleil,

ou bleue tout doucement, en invisible robe pour s'arracher l'enfance,

blottie rescapée

cœur qui piaille " cœur mon cœur "



dans le printemps au plus calme du rut, déjà pliée à jamais, exagérée par l'air...



ombrelle presque sans mots ni d'elle ni de moi (c'est le rôle des ombrelles)



jeune silence
admise 
au vieux silence








 




1 commentaire: